L’ABS électronique a 40 ans !

Par Ludo • Publié le 14 Mai 2018 dans Événements

Pas de commentaire

L’ABS (de l’allemand « Antiblockiersystem ») est un élément de sécurité de base dans nos voitures, puisqu’il est obligatoire depuis depuis 2003. Mais peut-être ignorez-vous de quoi il s’agit ? Voici donc comment fonctionne ce compagnon de route, si prévenant…

Eviter les figures libres

Le principe de l’ABS est d’éviter que la voiture ne parte en tête à queue lors d’un freinage brusque et que le conducteur puisse garder le contrôle des roues motrices pour maintenir la trajectoire.

Nous avons tous connu cette situation où un obstacle se présente devant nous au dernier moment. Dans ce cas, le réflexe est de freiner à fond et de tourner le volant pour l’éviter. Reste qu’en cas de freinage brusque, les roues se bloquent et la voiture glisse sans grande possibilité pour le conducteur de contrôler la trajectoire.

L’ABS via des capteurs au niveau des roues, détecte lorsque celles-ci se bloquent. Alors le signal est envoyé à un calculateur qui va agir sur la pression du circuit de freinage pour débloquer la roue. La voiture va continuer à freiner mais le conducteur conserve le contrôle de la direction pour assurer la trajectoire. Lorsque l’ABS entre en action, un voyant présent sur le tableau de bord peut s’allumer. Et dans tous les cas un « tremblement » sera perçu au niveau de la pédale de frein.

Du train, via l’avion jusqu’à la voiture

Ce système n’est pas récent. On peut dire qu’il est même très ancien puisqu’il trouve son origine en 1908 lorsqu’un ingénieur Britannique imagine un système d’antipatinage pour les trains. Ensuite, il vient s’appliquer aux avions, en 1920, pour stabiliser leur freinage en phase d’atterrissage.

En 1936, Bosch rachète le brevet et sortira une version électronique de ce système (à la base hydraulique) en 1978. Ce sont les Mercedes Classe S et BMW Série 7 qui auront l’honneur d’être les premières à proposer l’ABS, en option. Au milieu des années 80, la Ford Scorpio sera équipée de série.

Et aujourd’hui toutes les voitures…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.